ARTICLE13/08/2018
Vue de l'exposition. © Martin Argyroglo / LE BAL

EXPOSITION BATIA SUTER RADIAL GRAMMAR

L’exposition de Batia Suter RADIAL GRAMMAR est présentée au BAL jusqu’au 26 août 2018.

Batia Suter écrit en images. Elle les collecte, les accumule, inlassablement, depuis plus de 30 ans. Tous les types d’images retiennent son attention mais principalement l’image imprimée. Menant ses recherches en privilégiant l’aléatoire comme méthode, ses sources sont aussi multiples que les supports d’impression eux-mêmes : albums photo en tout genre, atlas, imprimés scientifiques, catalogues promotionnels, livres d’art et d’histoire, revues animalières et bien plus encore.

Une fois les images patiemment collectées et classées, Batia Suter démarre son jeu de montage et d’assemblage. Car c’est bien d’un jeu dont il s’agit et plus précisément d’un « jeu de hasard », plaçant et déplaçant les images jusqu’à ce que l’évidence surgisse. L’image imprimée fait ici office de ready-made Duchampien, matériau décontextualisé, hors d’usage, qu’il s’agit désormais de s’approprier pour son motif seul.

L’exposition nous invite à réfléchir, chercher des ressemblances, similitudes ou points communs qui ont amenés Batia Suter à faire des paires, faire se succéder, ou rapprocher des images entres elles. On s’interroge, mais finalement chacun reste libre de sa propre interprétation.

© Batia Suter

Batia Suter

Batia Suter est née à Bülach (Suisse) en 1967. Formée au graphisme à la Werkplaats Typografie (Pays-Bas), elle a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Zürich (Suisse) et de Arnhem (Pays-Bas). Elle produit des installations monumentales sur papier à partir d’images manipulées (Spaces without drama or surface is an illusion, but so is depth, Graham Foundation, Chicago, États-Unis, 2017 ; Sea of Ice, KW Institute for Contemporary Art, Berlin, Allemagne, 2016, …). Entre 2007 et 2016, elle publie Parallel Encyclopedia I et II, Roma Publications. Son deuxième livre, Surface Series, Roma Publications, publié en 2011, est un montage évocateur d’images trouvées, explorant les diverses résonances existant entre le paysage géologique et la surface visuelle.

Batia Suter vit et travaille actuellement à Amsterdam.

© Batia Suter
© Batia Suter