photographie homme noir et blanc edouard taufenbach
Edouard Taufenbach, Albert, série SPÉCULAIRE, 2018, courtesy Galerie Binome

Rencontré sur le stand de la galerie Binome à Art Paris, Kozzarte a eu un véritable coup de coeur pour l’artiste Edouard Taufenbach. Émerveillée mais pas rassasiée, Kozzarte s’est précipitée à son exposition « Spéculaire ».

 

Par la reproduction de photographies vernaculaires qu’il découpe minutieusement, Edouard Taufenbach continue de dérouler le fil rouge de son exposition « Cinema: histoires domestiques « . Mais cette fois la couleur disparaît. Place au noir et blanc et à des images plus charnelles que l’artiste puise dans la collection de photographies anonymes du réalisateur Sébastien Lifshitz. Celle-ci nous révèle l’intimité de transsexuels et d’homosexuels ou tout simplement des amusements avec le genre par le travestissement.

La sélection d’images d’Edouard Taufenbach ne se focalise toutefois pas sur ces thèmes pour ne retenir que l’épanouissement des corps, nus ou à demi, en vacances au bord de l’eau ou sur les terrains de sport, dans l’intimité de la chambre et du jardin. L’hédonisme est de mise, et c’est dans cette liberté des courbes, des lignes et des motifs, qu’Edouard Taufenbach construit une autre dimension spatiale et séquentielle pour ces photographies anciennes.

 

Les images découpées par Edouard Taufenbach sont parfois reproduites en des formes géométriques ou pliées, mettant en mouvement leurs protagonistes et leur donnant vie sous les yeux du spectateur, que la contemplation invite à se déplacer autour de l’œuvre. Par leur découpage et leurs formes, le spectateur est comme transporté au coeur de ces instant de légèreté et pourrait presque, en tendant l’oreille, percevoir quelques rires, quelques chuchotements.

 

Le titre de chaque image est aussi méticuleusement choisi par Edouard Taufenbach, comme cette référence à Hippolyte Bayard,­ l’un­ des­ inventeurs­ de la photographie, dont on croit retrouver les traits dans le visage bruni par le soleil de cet enfant au corps blafard allongé dans le sable.

 

L’exposition d’Edouard Taufenbach est à voir à la galerie Binome jusqu’au 5 mai 2018.

edouard taufenbach jeune garcon allongé noir et blanc
Edouard Taufenbach, Hippolyte B. junior, série SPÉCULAIRE, 2018, courtesy Galerie Binome
edouard-taufenbach nu de dos noir et blanc
Edouard Taufenbach, Impression nu de dos, série SPÉCULAIRE, 2018, courtesy Galerie Binome