Exhibition view, Galerie Praz-Delavallade

La galerie Praz-Delavallade Paris présente jusqu’au 28 juillet « Espaces Témoins », une exposition réunissant une sélection d’artistes travaillant en France et à l’étranger, avec Vincent Chenut (Paris-Bruxelles), Thomas Fougeirol (Paris-New York), Alice Guittard (Paris-Istanbul), Lucas Jardin (Bruxelles) et Manoela Medeiros (Paris-Rio de Janeiro). Chacun à leur manière, ils se sont libérés du support classique afin d’expérimenter la matière, non seulement comme une substance déterminée mais comme un support, un médium aux multiples facettes.

À travers leurs démarches, ils explorent le monde organique, expérimentent le minéral et transcendent la matérialité des objets du quotidien, permettant ainsi de repenser le rapport de l’artiste à l’oeuvre et à la matière. Dans un mouvement paradoxal de création et de destruction, ces artistes s’inscrivent alors dans une esthétique des ruines. Ce qui nous frappe, c’est la liberté d’utilisation de tous ces matériaux. La façon dont ils déploient leurs corps, commencent leur journée ; une routine qui laisse place à l’inattendu, à la surprise : croquis, grattage, fouille, extraction, collecte…

Vincent Chenut, TBT, 2017 Courtesy Galerie Praz-Delavallade
Vincent Chenut

Vincent Chenut est né en 1985 à Paris. Il vit et travaille à Bruxelles, Belgique. Diplômé d’un Master de l’École Nationale des Arts Visuels de La Cambre à
Bruxelles, l’artiste a fait l’objet de plusieurs expositions en Belgique au Musée d’Ixelles, dans le cadre du prix Marie-Louise Rousseau en 2013, et à l’Iselp, après une résidence, en 2014.  Par son travail de recherche, Vincent Chenut n’a de cesse de questionner les liens existant entre le support et la matière. Entreprenant alors de dessiner, non plus en déposant ou en inscrivant une matière, mais en se servant du support existant afin d’en faire apparaître des formes et des contours, l’artiste gratte, creuse, extrait le papier afin d’en révéler les motifs qui finissent par former les contours d’un dessin.

Thomas Fougeirol, Untitled, 2017 Courtesy Galerie Praz-Delavallade
Thomas Fougeirol

Thomas Fougeirol est né en 1965 à Valence, France, et vit et travaille entre Paris, France et New York, États-Unis. Il est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Les tableaux de Thomas Fougeirol sont à comprendre comme des territoires. La toile complétée n’est pas la seule chose à prendre en compte. Il y a aussi chaque élément qui mène à l’intérieur et à l’extérieur. En fait, c’est un univers de fragments qui ont été collectés, enregistrés et assemblés sans aucune logique évidente. Thomas Fougeirol ne s’impose aucune limite, aucune frontière ; il déploie tout son corps en agissant dans ses peintures comme un chorégraphe qui, en se contraignant à son propre protocole, révèle des images tout en brouillant les traces de sa signature.

Alice Guittard, Ce que la solitude et la nuit nous montrent d’effrayant, 2018 Courtesy of the artist & The Pill
Alice Guittard

Alice Guittard est née en 1986 à Nice, France, elle est diplômée de la Villa Arson à Nice en 2013. En 2005, elle entreprend d’abord de suivre une licence de géographie et d’archéologie à la Faculté de Nice Sophia-Antipolis avant de réaliser que les cartes l’intéressent pour leur aspect déambulatoire et les minéraux dans leur densité poétique. C’est au travers d’éditions, de photographies, de vidéos, de sculptures et d’expérimentations qu’Alice Guittard dérive d’histoires en histoires en révélant par bribes les éléments qui constituent ses voyages (Mexique, Japon, Islande, Pérou). Dans ses installations, le visiteur devient alors acteur d’une réalité encadrée mais pas limitée. Partant à la dérive dans l’espace, il devient récitant d’un scénario à venir. Par ailleurs, ses installations ne sont jamais l’aboutissement d’un projet, mais simplement une étape. Les projets se prolongent, se racontent, se partagent, s’arrêtent puis reprennent.

Lucas Jardin, Plage, 2018 Courtesy Galerie Praz-Delavallade
Lucas Jardin

Lucas Jardin est né en 1990 à Roubaix, en France. Il vit et travaille à Bruxelles. Il a étudié la peinture à La Cambre ENSAV. En collectant des affiches publicitaires sur lesquelles il vient appliquer des solvants, Lucas Jardin transforme des affiches commerciales en œuvres abstraites qui, une fois l’opération effectuée, ne ressemblent en rien au support d’origine. C’est l’intuition qui domine dans le travail de l’artiste. En versant les produits sur ces supports, ces derniers agissent, altèrent et modifient presque instantanément les images imprimées tout en préservant leurs couleurs, obligeant alors l’artiste à s’exécuter rapidement. Lorsqu’elles sont sèches, les pièces finies apparaissent travaillées, comme si des couches successives de peintures avaient été appliquées puis effacées.

Manoela Medeiros, Ruine, 2018 Courtesy Galeriz Praz-Delavallade
Manoela Medeiros

Manoela Medeiros est née en 1991 à Rio de Janeiro, Brésil, et vit et travaille à Paris, France. Elle est diplômée de l’EAV Parque Lage, Brésil, et de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Avec la présence et l’utilisation du corps comme principal instrument de mon travail, elle cherche à toucher les abstractions au travers de questionnements autour du temps et de l’espace, du vide et de l’invisible. À partir de sa méthode d’extraction,
d’excavation de la matière picturale ou murale, l’artiste fait naître des formes qu’elle associe entre elles, dévoilant alors le lien subtil qui unit toujours
ses œuvres à l’espace dans lequel elles sont présentées. Lorsque Manoela Medeiros intervient dans un espace, c’est l’entièreté du lieu qui contribue au jeu de l’artiste. Sa forme, sa lumière ou encore son histoire sont captées par l’artiste qui les assimile, les change et les remanie pour mieux les rendre au public, modifiant ainsi son regard sur l’espace et la matière qui le constitue.