Qui est Thomas Linder?

Thomas Linder, représenté par Ibid Gallery, est un jeune artiste qui travaille et vit à Los Angeles. Le véritable esprit de l’artiste passe par Thomas Linder. Son travail est ancré dans l’essentiel de la sculpture tout en nourrissant ce médium par l’incorporation d’éléments inattendus, créant des pièces robustes mais effervescentes.

Il évoque la lumière et le bonheur d’un James Turrell en chantant une jolie mélodie de Pantone tout en rendant hommage au stoïcisme architectural de Donald Judd. En plus de la création artistique, lui et ses amis (Adam Beris et Timo Fahler – tous originaires de Kansas City) ont fondé BBQLA, un espace géré par des artistes qui s’est développé à partir de vrais barbecues et de performances. BBQLA a récemment été cité comme l’une des meilleures galeries alternatives de L.A.

Peux-tu me décrire ton parcours?

J’ai grandi dans une famille catholique à Saint Paul, au Minnesota, au nord-ouest des États-Unis. Je dessinais ou faisais toujours quelque chose de mes mains. Je n’ai pratiquement aucune éducation artistique, je suis avant tout un autodidacte. Mes parents m’ont toujours soutenu dans la création artistique mais nous vivions dans une culture très conservatrice. Je ne suis pas allé dans un musée avant ma première année de collège. Heureusement, ma dernière année au lycée, j’ai trouvé un bon mentor qui m’a poussé à intégrer une école d’art, tout a commencé à ce moment-là.

D’où viens-tu et est-ce que cela influence ton travail?

J’ai grandi très impliqué dans la production familiale de serres, où nous cultivions des fleurs. L’architecture translucide et les couleurs vives jouent un rôle clé dans mon langage visuel. Cet antécédent, couplé avec le jeu sur le mouvement de la lumière et le courant de l’art-espace des années 1970 à Los Angeles, où je vis et travaille actuellement est la première étape dans la compréhension de ma pratique artistique.

Peux-tu décrire ton travail et ta technique?

Ma pratique consiste à 90% à expérimenter avec des matériaux et des processus en studio. En ce moment, je travaille presque exclusivement avec de la fibre de verre. Ce matériau offre des possibilités infinies, à la fois avec la forme et avec la couleur, qui me permettent de mêler la sculpture avec la peinture.

Par quoi es-tu inspiré?

Je vis en ce moment dans un endroit très intéressant à Los Angeles. J’y vois la construction du plus grand pont de Los Angeles, depuis mon jardin. Je suis de très près l’évolution de chaque étape au cours des 3 dernières années. Cela influence doucement mon travail. C’est trop présent par son échelle et sa proximité pour en éviter l’inspiration.

Que penses-tu de Los Angeles?

Los Angeles est une scène artistique en pleine expension en ce moment. Son plus grand atout est une incroyable communauté d’artistes, d’habitants, ainsi que de nouveaux venus. Je suis le co-fondateur d’une galerie d’artistes appelée BBQLA que Timo Fahler, Adam Beris et moi avons commencée il y a trois ans. Nous organisons des expositions de groupe et y organisons ensuite un barbecue dans la nuit, nous passons d’excellents moments. Nous avons eu une chance merveilleuse de nous rencontrer et de faire partie de cette communauté, que nous espérons pouvoir aider à aller plus loin.

Quels sont tes projets à venir?

En ce moment, je travaille sur une série de sculptures et de panneaux muraux dont je suis très enthousiaste. Ils fonctionnent respectivement comme des réceptacles transparents et des fenêtres à double vitrage. Ils jouent encore sur la translucidité et la superposition de couleurs. Ils sont fortement inspirés par la rivière de Los Angeles et son paysage environnant. Ils sont très abstraits et trouvent une bonne partie de leur ancrage dans la couleur. Ils seront montrés à la galerie Ibid à Los Angeles et VACATION à New York cet été, puis à la galerie Ochi à Idaho cet hiver.

Où rêves-tu d’exposer?

Je rêve de construire un bateau depuis quelque temps maintenant. Je voudrais l’exposer sur une rivière avec un courant lent et relaxant.
Images issues de la série LA River Study