MUCEM

L’exposition Ai Weiwei Fan-Tan est à visiter tout l’été et jusqu’au 12 novembre 2018.

L’artiste chinois Ai Weiwei est l’un des acteurs majeurs de la scène artistique internationale. Photographe, architecte, sculpteur, performeur, cinéaste et activiste sur les réseaux sociaux, son œuvre associe la pensée chinoise à l’art contemporain, s’inspirant notamment de Marcel Duchamp et d’Andy Warhol. Si ses créations interrogent nos sociétés avec tant de force, c’est parce qu’elles mettent en scène des objets du quotidien qui par le geste de transformation de l’artiste deviennent des œuvres d’art.

Ai Weiwei, 2012 © Ai Weiwei Studio
Ai Weiwei, Colored House [Maison colorée], 2015 - Bois, peinture industrielle, verre - 1025 x 620 x 765 cm © Image courtesy Ai Weiwei Studio
Vue extérieure du Centre Pompidou-Metz.

LE CENTRE POMPIDOU-METZ

L’exposition Couples Modernes est ouverte jusqu’au 20 août 2018.

L’exposition explore le processus créatif généré par les relations amoureuses, passionnées, complexes parfois subversives, qui unissent les artistes avant-gardistes de la  première moitié du XXème siècle. Qu’ils soient officiels, clandestins, exclusifs ou libres, ces couples mythiques formés par des artistes tels que Jean Arp et Sophie Taeuber-Arp, Man Ray et Lee Miller, Eileen Gray et Jean Badovici, unissent non seulement les peintres, sculpteurs, photographes, architectes, designers, poètes, écrivains, mais aussi des musiciens, danseurs, performeurs et mécènes. Ils constituent à eux seuls des zones fertiles d’échanges, de confrontations et d’influences où fructifient les œuvres, les concepts et les mouvements.

LES RENCONTRES D’ARLES

L’édition des Rencontres photographiques d’Arles 2018 se déroulent jusqu’au 23 septembre 2018.

Il s’agit de la 49è édition, et cette année c’est une expérience spatio-temporelle qui est proposée, un voyage à travers les époques, sidéral et sidérant. Car la photographie est souvent le médium le mieux placé pour nous rappeler que le monde change, parfois juste sous nos yeux.

Au programme, des noms comme Robert Frank, Raymond Depardon, Paul Graham, Taysir Batniji, Laure Enno et bien d’autres…

Vue de l'exposition Ellsworth Kelly.
Claire Tabouret, Sitting, 2016. Photo : © Rebecca Fanuele Pinault Collection
Vue de l'exposition Les Veilleurs.

LA COLLECTION LAMBERT EN AVIGNON

La Collection Lambert propose plusieurs expositions à visiter cet été et ouvertes jusqu’au 4 novembre 2018.

Ligne Forme Couleur, Ellsworth Kelly (1923-2015) dans les collections françaises

Cette exposition consacrée au peintre américain Ellsworth Kelly est réunie autour d’une donation exceptionnelle de 54 estampes destinées à rejoindre les collections de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), d’oeuvres issues de collections françaises, aussi bien publiques que privées. Le titre de l’exposition est celui d’un livre d’artiste dont Kelly fit le projet pendant son séjour en France, en 1951 : Line Form Color.

L’artiste a entretenu toute sa vie un rapport privilégié avec la France, et il annonçait les problématiques sensibles qui seront à l’oeuvre chez les tenants de l’art minimal dont les noms ont participé au rayonnement de la Collection (Robert Ryman, Brice Marden, Robert Mangold, Sol LeWitt…) et que l’on retrouve en échos dans l’accrochage du fonds permanent.

 

Claire Tabouret, Les Veilleurs

Dans le cadre de sa 72ème édition, le Festival d’Avignon s’associe à la Collection Lambert pour organiser une double exposition de l’artiste française Claire Tabouret, que le public avignonnais avait pu découvrir à l’été 2017 à l’occasion de la grande exposition dédiée à la Collection d’agnès b. à la Collection Lambert.

Âgée de 35 ans et résidant en Californie, l’artiste peint entre recouvrements et dissimulations un « ici et maintenant » atemporel. Qu’il s’agisse de portraits d’enfants au regard fixe ou de groupes de tous âges, son oeuvre nous regarde, interrogeant nos désirs par des tableaux aux couleurs profondes et travaillées.

CHÂTEAU LA COSTE

L’exposition de Sophie Calle Dead End est à voir jusqu’au 15 août.

Le Château la Coste dédie un programme d’expositions à l’artiste française Sophie Calle. Afin de marquer l’inauguration d’une nouvelle oeuvre permanente sur le domaine, l’exposition temporaire est présentée en deux parties.

Après avoir soigneusement pris le temps de parcourir le domaine, Sophie Calle a créé une sépulture qui est à la fois une installation et un lieu de performance dans les bois provençaux. Cette pièce intitulée Dead End, poursuit les thèmes que l’artiste a explorés récemment dans ses œuvres réalisées pour les cimetières de Genève et de Brooklyn. La mort, la perte et l’amour sont des questions abordées dans le travail de Sophie Calle, et plus particulièrement les processus que nous créons pour gérer de tels moments en public ou en privé.

Des sujets similaires sont abordés dans les deux expositions qui accompagnent cette oeuvre pérenne.

© WeAreContents-CLC-SophieCalle
My only nation is imagination, 2014. Silicone, bois, fil métal, peinture, 27 x 28,5 x 30,9 cm. © Angelos bvba / Jan Fabre / © Adagp Paris 2018.

FONDATION MAEGHT

L’exposition de Jan Fabre Ma nation : l’imagination est présentée jusqu’au 11 novembre 2018.

Grand héritier du surréalisme et du baroque flamand, comme de l’art dramatique et de la danse contemporaine, Jan Fabre est aussi un artiste plasticien créant des sculptures et des installations, grand dessinateur et également artiste de la scène et auteur. Il a conçu une exposition « sur-mesure » pour la Fondation Maeght, une exposition qu’il a voulue spirituelle, dans tous les sens du terme, à la fois onirique, grave, mais avec l’ironie des jeux et l’humour à la manière de James Ensor. Il fait dialoguer ses découvertes d’artiste avec celles de la science et de l’histoire des arts.

LE VOYAGES À NANTES

Le voyage est à faire jusqu’au 26 août 2018.

Le Voyage à Nantes est chargée de la promotion du dispositif culturel mis en place par Nantes, et plus généralement de la destination Nantes Métropole. Depuis 2012, le but est de promouvoir toute l’année un parcours pérenne d’une quarantaine d’étapes et produit chaque été un événement, qui en fait son exemplarité.

Une ligne verte tracée au sol conduit toute l’année d’une œuvre signée par un grand artiste d’aujourd’hui à un élément remarquable du patrimoine, des “incontournables” de la destination à des trésors méconnus, d’une ruelle historique à une architecture contemporaine, d’un point de vue étonnant sur la ville à un incroyable coucher de soleil sur l’estuaire.

LA FONDATION CARMIGNAC

Avec son exposition inaugurale Sea of Desire ouverte jusqu’au 4 novembre 2018.

SEA OF DESIRE est conçu comme un voyage guidé par le fil du désir, qu’il faut suivre pour se perdre, dès le premier escalier qui vous emmène sous la surface. Artistes en « rébellion » se répondent d’un siècle et d’un support à l’autre, au long des huit chapitres qui structurent le parcours, de « Pop Icons Reloaded » à « Brave New World Revisited » : Sandro Botticelli, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Gerhard Richter et Jean Michel Basquiat, avec d’autres artistes plus jeunes, dont les voix émergent avec force.

CENTRE DE CRÉATION CONTEMPORAINE OLIVIER DEBRÉ

Propose plusieurs expositions jusqu’à l’automne dont deux autour de l’artiste Ghada Amer.

Cactus painting, jusqu’au 6 janvier 2019.

Dans la Nef, elle est invitée à réactiver à une échelle monumentale son Cactus Painting, un jardin intérieur conçu comme une référence détournée et piquante à la grande tradition de la peinture abstraite américaine.

 

Dark continent, jusqu’au 4 novembre 2018.

Ghada Amer revient en France avec une proposition inédite qui met à l’honneur ses récentes productions new yorkaises. Une occasion rare de redécouvrir le travail de cette artiste incontournable de la scène contemporaine internationale. Elle investit la galerie noire du centre d’art avec une vingtaine d’œuvres : ses toiles brodées, réalisées dans ce style si particulier qui a fait sa renommée depuis les années 1990, qu’elle fera dialoguer avec ses dernières recherches sculpturales dans lesquelles elle explore le métal.

Ghada Amer, vue de l’exposition « Cactus Painting » au CCC OD de Tours, juin 2018 © F. FERNANDEZ - CCC OD, Tours
Ghada Amer, vue de l’exposition « Dark Continent » au CCC OD de Tours, juin 2018 © F. FERNANDEZ - CCC OD, Tours
Arik Levy, Big Shift Giant, 2011. Acier inoxydable poli 336 x139x125 cm, courtesy de l'artiste & Podgorny Robinson Gallery Photo © Loic Deltour

BIENNALE DE ST PAUL DE VENCE

Jusqu’au 31 août 2018, un itinéraire vous est proposé pour découvrir les oeuvres des artistes de la Biennale Internationale de Saint-Paul de Vence.

Depuis la fin du 19ème siècle, avec Signac et Pissaro, et tout au long du 20ème siècle, les grands artistes du monde entier sont venus, attirés par les paysages et la lumière, créer à Saint-Paul de Vence.

Une Biennale d’art contemporain répond alors à la volonté de Saint-Paul de Vence d’exister culturellement, et de rappeler que Saint-Paul de Vence, s’il est un lieu patrimonial bien sûr, est aussi un lieu où s’est racontée, s’est réalisée une histoire de la création artistique française, européenne et internationale.

Pour cette édition, quelques noms comme Jan Favre, Vincent Barré, Antony Gormley, Wang Keping, Jean-Pierre Raynaud, et bien d’autres encore.