Multiple Art Days

 

Du 14 septembre au 16 septembre 2018, la Monnaie de Paris a accueilli le salon Multiple Art Days dédié aux pratiques éditoriales contemporaines, réunissant près de 100 éditeurs (galeries, librairies, éditeurs)

Kozzarte vous présente ses coups de coeur de cette quatrième édition.

Tout au long du parcours de ce salon,  une importante effervescence existe entre la littérature et l’art – la collaboration entre le praticien Julio Le Parc et l’écrivain Olivier Salon en atteste. Le poème « Trangers » d’Olivier Salon est accompagné par les six dessins « Variations autour de la longue marche » de Julio Le Parc permettant ainsi d’illustrer les mots d’ Olivier Salon.

Julio Le Parc et Olivier Salon, Tranger Courtesy de Sylvain Courbois
Julio Le Parc et Olivier Salon, Tranger Courtesy de Sylvain Courbois

Pablo Tomek aux éditions Chassis quant à lui réalise des lithographies en utilisant des outils peu conventionnels. Fasciné par le milieu ouvrier, il utilise éponge et bâches de chantier afin de travailler sa pierre lithographique. Il obtient des tirages aux effets uniques qu’il rehausse à la main, à l’aquarelle.

Vue d'exposition Chassis Editions, Pablo Tomek, 2018. Photo Salim Santa Lucia

Jeanne Briand présente ses « glass blown gamete » et démontre son intérêt premier pour la polyvalence du verre. Grâce aux vibrations du verre, produisant des effets sonores, l’artiste tend  à moderniser la technique ancestrale du verre soufflé. Des micros spécifiques sont adjoints à ses gamètes pour amplifier leur son initial. Pour autant ces gamètes peuvent également être de simples sculptures, et les câbles de simples éléments de composition. Libre à vous de vouloir entendre la musicalité des gamètes ou non.

Jeanne Briand, Glass blown gamete, 2018, Salon Multiple Art Days Courtesy de l'artiste
Jeanne Briand, Glass blown gamete, 2018, Salon Multiple Art Days Courtesy de l'artiste

Déjà exposé au Mac-Val, Dimitri Mallet, par ses sérigraphies en papier, élaborent des « systèmes de mesures sensibles ». Son procédé unique reproduit des tâches colorées venant matérialiser l’intangible, permettant de percevoir l’invisible.

L’artiste belge Samir Willems  représenté par Print Fighter parodie à  la manière de Duchamp, les chefs-d’oeuvres de l’histoire de l’art de la Joconde aux célèbres portrait de Raphaël, il les affuble d’une bulle de chewing-gum.

Sérigraphie sur papier, Dimitri Mallet ,Curious matter black truffle Courtesy de l'artiste et de l'Atelier Arcay
Sérigraphie sur papier, Dimitri Mallet ,Curious matter black truffle Courtesy de l'artiste et de l'Atelier Arcay
You fuit hic, Raphaël, Portrait de Baldassare Castiglione, Samir Willems Courtesy de l'artiste
You fuit hic, Raphaël, Portrait de Baldassare Castiglione, Samir Willems Courtesy de l'artiste

Enfin, le salon Multiple Art Days célèbre les éditions Cahier d’art, éditeur depuis 1926, et garant d’une production luxueuse. Le stand qui leur est dédié permet aux visiteurs d’admirer les multiples ouvrages et lithographies qu’ils ont pu produire notamment ceux d’Ellsworth Kelly. Les éditions Cahier d’art soutiennent également les créations contemporaines d’aujourd’hui comme l’artiste Philippe Parreno.

© Ellsworth Kelly, 2018. Editions Cahiers d’Art, Paris
© Ellsworth Kelly, 2018. Editions Cahiers d’Art, Paris
Speaking to the Penguins Courtesy Philippe Parreno, 2018. Editions Cahiers d’Art, Paris.